RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN

La démocratie est une façon civique de confronter nos idées dans le respect mutuel.

3
jan 2015
BONNE ROUTE, COUSIN!
Posté dans Liens par konbit à 8:35 | Pas de réponses »

par Pratt Vernio MEMNON

Toutou« Tandis que le soleil se couche plus tôt que prévu sur ma vie, l’horizon tout entier s’enveloppe dans l’ombre et la nature s’incline devant un ciel riche et sombre. »

C’est avec une grande tristesse et un profond regret que nous avions appris le départ inattendu pour l’éternité bienheureuse de notre fils et neveu, de notre frère et cousin, Robertson. Aucun mot ne peut décrire cette nouvelle épreuve pour les Guillet. Le cœur de la famille, une fois de plus, est en larmes. Notre chagrin est immense. C’est d’autant plus difficile à accepter qu’aucun signe ne nous laissait présager que cette disparition brutale et foudroyante était imminente. Une disparition soudaine qui laisse au fond de nos cœurs une entaille à vif.

Désormais, nous devons nous faire à l’idée que ce garçon aux qualités franches, au sourire ironique et à l’extraordinaire sens de la famille ne viendra plus nous visiter. Nous ne le verrons plus discuter avec ses cousins et cousines en gesticulant avec fougue ou encore étreindre fortement et affectueusement ses tantes. Non, il appartient maintenant à ce monde où la maladie ne fait pas de ravage, où la souffrance n’existe plus, où la vie est enfin remplie de bonheur et de sourires. Ce monde que les chrétiens appellent le paradis.

Les émotions si fortes que je ressens, en rédigeant ce texte pour lui rendre un ultime hommage, témoignent de cette relation honnête et vraie qui a toujours caractérisé nos rapports interpersonnels. La solidarité familiale est certainement le plus précieux héritage que nos parents nous ont légué et qui constitue depuis toujours la trame de fond des relations intra et intergénérationnelles au sein de la famille Guillet. Les circonstances et obligations de la vie nous forcent bien souvent à nous séparer et même à nous perdre de vue mais, nous ne nous quittons jamais. À preuve, chaque fois que l’on se retrouve, cela se passe comme si on s’était quitté hier.

Mon cher Toutou,

Te voilà rendu au terme de tes trop courtes années sur cette terre. Tu nous laisses le souvenir d’un parent qui savait vivre pleinement ses moments privilégiés avec tous les membres de sa famille et celui d’un garçon affable avec qui le contact était facile et chaleureux. Nous ne t’oublierons jamais. Tous, nous avons, collectivement ou individuellement, en mémoire un moment où tu nous as fait rire ou même pleurer et qui témoigne merveilleusement bien de ta joie de vivre et de ta bonne humeur. Tu es peut-être hors de nos vues, mais tu n’es pas hors de nos vies. Nous continuerons à parler de toi comme nous l’avions toujours fait sans prendre un air grave ou triste. Le fil familial qui nous lie n’est pas rompu. Au contraire, il s’est automatiquement rembobiné dans nos cœurs et dans nos souvenirs pour que ta mémoire ne meure jamais.

Bientôt, quelque part, tu seras reçu, comme tu le mérites, dans la joie et l’allégresse, d’abord par le Seigneur Dieu Tout-Puissant, ensuite, par tous les parents qui t’ont précédé de l’autre côté. À ton papa, mon oncle Struller, à Manmy Tcho, à notre oncle Bèb, à notre oncle Gègè, à ta Tante Hélène, ma maman, tu diras que les jours ont passé, la douleur se fait désormais discrète, les larmes ont cédé leur place à la nostalgie mais dans la mémoire de chacun et de chacune de nous leur souvenir est présent et le passé se perpétue. Bref, tu leur diras que le temps a peut-être apaisé la souffrance que nous ressentons mais, il n’a pas su combler leur absence, ils nous manquent terriblement.

Toutou, rest in peace and enjoy your eternal happiness and your reward. I will always remember what you told me when my Brother died, five years ago : live life to the best of your ability; take quality time with your children; love your family and never stop laughing and making jokes. Life is too short to miss out on being really happy!

Au revoir, cousin, nos pensées et nos prières t’accompagnent dans l’éternel pèlerinage. Qu’elles te fassent reposer en paix et surtout qu’elles te fassent ressentir combien tous nous t’aimons !

Bonne route !

Montréal, 3 janvier 2015


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

palabre |
Services d’intérêt économiq... |
Le Blog-Notes d'Yves Baumul... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | actualites politiques natio...
| sans violence et sans haine
| Changer Amiens