RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN

La démocratie est une façon civique de confronter nos idées dans le respect mutuel.

15
avr 2012
AU REVOIR, professeur CADET
Posté dans Liens par konbit à 9:11 | Pas de réponses »

par Pratt Vernio MEMNON

AU REVOIR, professeur CADET wanercadet001-119x150Sans crier gare, tu t’en es allé..

Tu nous devais encore tant d’années…

Dans la classe intellectuelle haïtienne,

Tu as ta place pour l’éternité.

C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès du professeur Waner CADET survenu dans la soirée du samedi 14 avril 2012 à Paris. La nouvelle m’émeut profondément, car ce grand cousin m’a toujours subjugué par la force de ses convictions progressistes, son exceptionnel talent d’orateur et son indépendance d’esprit. Difficile d’accepter que cet enseignant aux formations académique et littéraire remarquables né à Saint-Louis-du-Nord ne soit plus là, ne parle plus et n’écrive plus. Intellectuel, Géographe, Spécialiste du Développement rural, Sportif, Diplomate, Enseignant, l’élite intellectuelle haïtienne perd en Waner Cadet un éminent membre, la ville de Saint-Louis-du-Nord, un authentique fils et la famille socialiste, un militant inlassable.

Waner Cadet, qui émigra en France au tournant des années 60 pour échapper aux tribulations sociopolitiques de son temps, incarne cette génération d’intellectuels haïtiens qui firent de leur exil une tribune à plein temps pour véhiculer des idées et une praxis qui forcèrent bien des compatriotes à troquer leurs intérêts particuliers pour des intérêts collectifs. En effet, loin de se morfondre dans l’amertume ou la rancœur, ces intellectuels sont de tous les combats. Ils investissent toutes les sphères politiques, idéologiques ou décisionnelles afin de faire entendre la voix de la majorité silencieuse. Ils interviennent constamment pour supporter ceux et celles qui luttent pour la libération politique et la justice sociale, qui résistent à toutes les formes d’oppression et qui contribuent à la transformation socioéconomique des conditions de vie de leurs compatriotes.

S’il a toujours utilisé sa plume comme une arme de combat, c’est parce qu’il savait pertinemment bien que, quoiqu’en disent les dictatures ou quoiqu’en pensent les élites possédantes, les écrits des intellectuels exilés ont un impact certain et direct sur les compatriotes restés au pays – à preuve, leur publication est souvent interdite –  et interpellent toujours la conscience solidaire du pays d’accueil.

Cher professeur Cadet, je vous souhaite un bon retour à la maison. Rassurez-vous, vous entrez dans la mémoire collective debout et immortel. Votre dernier livre « Haïti : le naufrage de l’état », qui se veut votre contribution civique à la modernisation de la gestion publique haïtienne, s’impose désormais dans l’histoire de notre pays comme étant votre testament politique. Un testament qui exhorte les acteurs politiques haïtiens – gouvernants et gouvernés – à s’allier pour mettre fin à cette déconstruction nationale initiée au lendemain des évènements de 86 et entretenue par tous les régimes qui se sont succédé depuis.

À vous tous qui êtes affectés par ce deuil, notamment Charles, Jean, Liette, Marie-Lunie, Waner Jr et Jean-Marie, au nom de tous les miens, les familles Guillet, Memnon et Barlatier, je vous transmets mes condoléances sincères et attristées ainsi que l’expression de ma profonde sympathie. Dans cette difficile épreuve, je vous assure de notre amitié et je vous envoie toute notre affection. Par delà le chagrin, vous ne devez retenir que les bons moments partagés avec lui et n’oubliez jamais que les bons souvenirs reviennent toujours pour apaiser les souffrances.

Que Dieu vous bénisse!

Montréal, 15 avril 2012


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

palabre |
Services d’intérêt économiq... |
Le Blog-Notes d'Yves Baumul... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | actualites politiques natio...
| sans violence et sans haine
| Changer Amiens