RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN

La démocratie est une façon civique de confronter nos idées dans le respect mutuel.

4
mar 2012
ON NE MEURT PAS, ON S’ABSENTE
Posté dans Liens par konbit à 9:00 | Pas de réponses »

(lettre de condoléances à la famille CÉLESTIN)

par Pratt MEMNON

ON NE MEURT PAS, ON S'ABSENTE 3740d701-150x129Ce que nous avons chéri une fois ne peut jamais se perdre, tout ce que nous aimons profondément devient une part de nous même.   (H. Keller)

Chers parents,

J’ai été très ému d’apprendre que la mort, cette réalité mystérieuse qui commence la besogne de Dieu quand celle de l’homme est finie, a pris Tante Dale par la main et l’a emmenée dans cette maison que les hommes n’ont pas construite et qui est éternelle dans les cieux. La nouvelle m’attriste et me déçoit profondément, car, comme vous tous, j’espérais fortement voir cette nordlouisienne remarquable, comme son père, entrer dans l’histoire de l’humanité par la grande porte du centenaire. Le Tout-Puissant en a décidé autrement, que sa volonté soit faite et non la mienne.

Femme d’une bonté extraordinaire, Tante Dale avait fait de la solidarité familiale une inestimable règle de vie. Elle assistait régulièrement ses proches, les faisait profiter de l’expérience bienfaisante de la joie familiale et les guidait dans le droit chemin.

Femme de cœur, au sens le plus noble du terme, elle aimait vivre et surtout elle donnait le gout de vivre. Ceux et celles qui ont eu le privilège de partager son intimité savent quelle femme charitable, talentueuse, compatissante et généreuse qu’elle était. Tous, nous avons, collectivement ou individuellement, en mémoire un moment où elle nous a fait rire ou même pleurer et qui témoigne merveilleusement bien de la vivacité de son intelligence, de sa personnalité ardente et de son tempérament énergique.

Tante Dale a traversé la vie sans perdre l’espérance, car elle a toujours fait confiance à Dieu, je suis certain qu’elle se repose dans la paix, dans la joie et dans la sérénité. Pas n’importe lesquelles, la paix d’une femme, fière de ses racines haïtiennes, qui a accompli de façon remarquable la mission pour laquelle Dieu lui avait prêté vie, la joie d’une mère et grand’mère, heureuse de voir que ses enfants et petits-enfants ont grandi, qu’ils sont devenus des adultes responsables capables de voler de leurs propres ailes, la sérénité d’une femme de foi fortement attachée à sa tradition et à sa culture religieuse et qui n’a jamais tourné le dos à son Dieu et à son église.

Consolons-nous, les fleurs se fanent et disparaissent, mais leurs précieux parfums demeurent toujours. Séchons nos larmes, car on ne meurt pas, on ne fait que s’absenter. Par son souvenir, par tout ce qu’elle nous a donné, elle est et sera toujours présente à nos côtés. Remémorons-nous continuellement les merveilleux moments que nous avions partagés avec elle.

… les bons souvenirs reviennent toujours pour apaiser les souffrances …

Célébrons sa naissance dans une vie nouvelle, celle qui n’aura pas de fin. Quelle chance nous avions, nous, ses héritiers légitimes ou spirituels, d’avoir fait une bonne partie de la route de la vie en sa compagnie! Certes, elle nous quitte, mais elle ne se sépare pas de nous. Elle restera solidement attachée à chacun et à chacune de nous par les moments heureux passés ensemble notamment son sourire, sa gaieté, son humour.

À vous tous, ses enfants et petits-enfants, au nom de tous les miens, les familles Guillet, Memnon et Barlatier, je transmets mes sincères condoléances et l’expression de ma profonde sympathie. Vous avez toute notre amitié et toutes nos affections en ces moments où les mots sont inutiles, mais que seuls le réconfort et la solidarité des siens comptent. Je vous donne l’assurance de nos pensées et de nos prières. Nous sommes à vos côtés.

Que Dieu vous bénisse!

Montréal, 29 février 2012


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

palabre |
Services d’intérêt économiq... |
Le Blog-Notes d'Yves Baumul... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | actualites politiques natio...
| sans violence et sans haine
| Changer Amiens